« J’ai reçu quelque chose de plus en moi, une force qui me vient de vous. »

OLWEN LESOURD

Impliqué depuis toujours dans le monde associatif, en tant que bénévole ou salarié, j’ai notamment été pendant dix ans directeur de l’association Lire c’est Vivre qui gère l’ensemble des dix bibliothèques de la prison de Fleury-Mérogis.
En mars 2018 j’ai rejoint l’équipe d’Un Ballon pour l’Insertion et continuer ainsi à travailler à l’insertion de tous dans la société, non plus par le livre et la culture mais par le sport.
Rugbymen pendant de longues années, je suis très attaché aux valeurs de solidarité et d’engagement que je retrouve dans cette mission et cette équipe.

BENOIT DANNEAU

En 1993, alors que je devais satisfaire à mes obligations militaires, je suis devenu objecteur de conscience pendant près de deux ans et ce fut mes premiers pas dans le secteur social…. Depuis, je suis passé par plusieurs associations de lutte contre l’exclusion parisiennes à des postes allant d’animateur de réseaux, éducateur de rue à responsable d’établissements sociaux (Secours Catholique, ESI Saint-Didier, Compagnons de la Nuit, L’Ilot…). J’ai notamment travaillé en accueils de jour et de nuit, en hébergement d’urgence et en CHRS. L’ensemble de ma carrière s’est faite avec des personnes à la rue ou en situation de précarité.
Je suis depuis le début de ma carrière intéressé par les questions d’insertion par le sport pour des personnes sans domicile. De 2006 à 2010, j’ai présidé un collectif d’associations « Remise en Jeu » chargé de mettre en place des activités sportives (entrainement, championnat, tournois, matchs amicaux) pour des personnes en situation de précarité. De 2010 à 2011, j’ai dirigé le Comité Local d’Organisation chargé d’organiser la 9ème édition de la Coupe du monde de football des personnes sans-abri qui s’est déroulée à Paris sur le Champ de Mars avec 53 pays.
De formation initiale dans le secteur social, je suis diplômé des Hautes Etudes en Pratiques Sociales.
Ce qui m’intéresse dans ce projet se situe à trois niveaux : du point de vue du travail social, je crois que le sport encadré, adapté, et pratiqué de manière régulière permet de faire jaillir des potentialités utilisables au profit de la situation de la personne en difficulté.
Ensuite, d’un point de vue humain, je crois en une rencontre humaine « hors les murs » des institutions de travail social. J’apprécie cette relation de confiance qui se crée occasionnant de vrais échanges et débats.
Enfin, du point de vue de la pratique physique et sportive, j’apprécie de travailler avec des groupes et je crois qu’il y a un défi social, psychologique et de santé publique à remettre en mouvement le corps des personnes précarisées.
Je suis heureux de porter le projet de cette association et de participer à son développement et son enracinement dans le champ du travail social.
Je suis convaincu que le sport et le social ont de belles pages de collaboration à ouvrir ensemble…

PEDRO MECA

Pour quelques membres du conseil d’administration et de l’équipe d’Un Ballon pour l’Insertion, nous connaissions Pedro depuis le début des années 90. Pour certains mêmes, nous avons travaillé ensemble dans la même association.

Pedro a été très présent dès 2009 dans l’organisation de la Coupe du monde de football des personnes sans-abri. Il était une personne ressource très souvent consultée et s’est beaucoup investi dans l’événement et le colloque en 2011.

Pedro avait apporté une réflexion importante sur la nécessité pour les personnes sans-abri de bouger leur corps et de le remettre en mouvement. Grâce notamment à Pedro, nous avons reçu en 2014 le prix des « Dermatos du Cœur » de la Fondation Laroche Posay. Pedro nous avait fait part de son souhait de devenir administrateur et de contribuer pleinement à la réflexion et la mise en oeuvre de notre projet d’insertion par le sport.

Il était un homme exigeant et fidèle en amitié, un frère dominicain avec une attention, une facilité de contact et une compréhension étonnantes avec les pauvres. Il nous a quittés le 17 février 2015 et nous pensons toujours à lui. Il nous guidera encore longtemps dans notre mission…

HENRI NOHET

Financeur

Henri Nohet, fondateur de la Fondation d’Antyllis, nous a quittés brutalement suite à une maladie cardiaque.

Partenaire financier d’Un Ballon pour l’Insertion, la Fondation Antyllis et plus précisément Henri étaient très impliqués dans notre démarche. Il est d’ailleurs venu passer une journée sur l’un de nos séjours. Ce fut un réel moment de partage, d’échange et de complicité avec des hommes et des femmes de tous horizons.

Nous nous souviendrons de ton émotion lorsque tu as échangé avec les participants, preuve de ton implication profonde dans nos actions.