PARCE QUE L’INSERTION DES PERSONNES NE SE LIMITE PAS A TROUVER UN TOIT ET UN REPAS.

Dans toutes ses actions de séjours de remobilisation, d’activités sportives, de bien-être et d’événements, l’association Un Ballon pour l’Insertion se propose de construire avec la personne en difficulté une relation de confiance basée sur la remise en mouvement du corps, l’expression de groupe et la création artistique…

EDITO

Les associations, c’est comme le vélo : tant que ça roule, on ne tombe pas !

Pour Un Ballon pour l’Insertion (UBI), malgré bien des incidents de parcours, on continue de
rouler bien sur une route parfois cabossée.

Premier constat : l’intuition initiale continue de vérifier sa validité. Les associations
partenaires continuent de nous faire confiance et les participants continuent d’être très
heureux de leurs séjours. Nous avons accueilli désormais plus de 400 personnes en séjour et
les films qu’elles réalisent à cette occasion reflètent bien la joie et la redynamisation
qu’apportent ces séjours. Quant aux associations, si elles ont du mal à afficher une
programmation pluri-annuelle du fait de leurs contraintes budgétaires, l’expérience de 4 ans
d’UBI manifeste une réelle fidélité et une conviction claire de l’importance de ces séjours
dans le parcours des personnes.

Deuxième constat : notre modèle est solide ; il a pu résister aux divers changements de
directeurs ; ceux-ci ont des profils et des parcours très différents et pourtant ils ont réussi,
malgré le tangage, à assurer une belle continuité de notre action. Chacun a pu y apporter des
évolutions tout en restant fidèle aux orientations initiales. Cela n’aurait d’ailleurs pas été
possible sans l’implication des salariés et du Bureau qui, chacun à leur place et à leur façon,
ont su ne pas se décourager et au contraire porter l’association et ses projets, parfois à bras le
corps, sans que, me semble t’il, cela affecte les participants ou les associations partenaires, ni
même que cela soit visible pour eux tous.

Troisième constat : nous restons assez solitaires sur notre positionnement mais celui-ci est de
mieux en mieux compris et accepté, tant par les financeurs que par les partenaires. La place
du sport et de l’effort partagé dans un cadre bienveillant, s’affirme de plus en plus comme un
bel outil pour aider les personnes à reprendre confiance en elles.
Mais, comme le vélo, rien n’est jamais complètement acquis. Et pour bien assurer notre
progression, nous sommes face à deux défis principaux :
– Sécuriser notre équipe
– Développer les activités complémentaires

Depuis 2014, on a fait du chemin et, partis de … zéro salarié, nous sommes désormais à 3
plus une auto-entrepreneuse. Un directeur, et deux animateurs sportifs. Deux ? Ou finalement
un seul ? Il est clair qu’avec une si petite équipe, on reste fragile. Un seul départ, c’est un tiers
de l’effectif en moins et l’équilibre est ébranlé. Des solutions de complément vont être
recherchées pour limiter les effets des évolutions (naturelles) des carrières de nos salariés.
Développer les activités complémentaires, c’est une nécessité mais elle n’est pas encore tout à
fait comprise ni par nos partenaires, ni souvent non plus par nos participants. Pourtant ceux
qui, après le séjour, viennent au yoga et/ou aux APS, apprécient largement ces activités.
L’enjeu est donc de mieux faire comprendre à tous, dès les discussions amont avec les
partenaires, dès le cours du séjour pour les participants, le fort intérêt que représentent ces
activités pour que « le soufflé ne retombe pas ». Pour ceux qui y ont été, la cerise sur le
gâteau, ce sont les propositions telles que Roland Garros ou le Tournoi des Légendes et le
grand plaisir qu’ils trouvent tous à ces activités.

Au-delà de tout cela, il nous faudra commencer à agir auprès de nouveaux publics, eux aussi
en situation de fragilité. Mais, cette fois, plutôt personnes handicapées et migrants.
Comme tout le monde, ils ont besoin de reprendre confiance en eux et d’abord grâce à la
confiance qu’on leur porte dans un climat de bienveillance. C’est d’autant plus sensible quand
les épreuves, les tensions et les rejets ont été nombreux mais, si l’on y réfléchit bien, il se
pourrait que cela concerne chacun de nous…
Ainsi, nous serons nombreux à pouvoir pédaler plus loin et avec plus d’équilibre…

Nicolas CLEMENT – Président

UBI EN IMAGES

Nos dernières actualités

Rencontre entre Yoann Riou et nos sportifs

/
Il y a un mois, Yoann Riou s'était lancé le pari fou de traverser…

Rencontre avec le CPS 10 Badminton !

Ce samedi 17 Février, trois de nos participants aux activités…

L'aventure #RiouNeRepondPlus démarre aujourd'hui !

À l’approche de Lyon - St-Étienne et PSG-OM, les deux…